Nos candidat⋅es pour Le Mans

Notre liste exprime la richesse et la cohérence de l’écologie politique

Les candidates et candidats de Choisir l’écologie pour Le Mans sont impliqués dans les milieux du commerce et de l’entreprise, le domaine du soin et de la santé, le handicap, la solidarité, la culture, l’éducation populaire, le combat pour les droits humains dont le soutien aux migrants, les droits des femmes et des minorités, le sport pour toutes et tous… L’écologie est en effet un projet de société fondé sur le respect du vivant, des femmes et des hommes.

Nous allions l’expérience et le renouvellement

60 % des personnes engagées sur la liste ne sont pas « encartées ». Parmi les candidates et candidats de Choisir l’écologie pour Le Mans , vous trouverez aussi des élu.e.s ou ancien.ne.s élu.e.s : Rémy Batiot, Sophie Bringuy, Sylvie Granger, Samuel Guy, Florence Pain, Jean-Louis Prigent, Thierry Touche… Des personnes d’expérience, qui ont déjà agi concrètement au sein de la municipalité ou de la Région et connaissent les rouages d’une collectivité.

Nous nous sommes rassemblés pour l’écologie au Mans

La liste Choisir l’écologie pour Le Mans est soutenue par Europe Écologie Les Verts, Génération.S, Génération Écologie et Cap 21.
C’est un large rassemblement des écologistes au Mans.
L’attente d’une liste écologiste au Mans était forte, la mobilisation est claire.

Isabelle SÉVÈRE

Tête de liste « Choisir l’écologie pour Le Mans »

Isabelle Sévère candidate EELV aux élections municipales de la villes du Mans. Photo © Benjamin Boccas

Isabelle Sévère est née au Mans en 1967, dans une famille attachée aux Mutuelles du Mans : arrière-grand-mère, grands-parents et parents y ont fait carrière. Entre un grand-père communiste et des parents socialistes, elle est élevée dans une culture de gauche qui marquera fortement son parcours.

Elle grandit du côté du quartier de la promenade Newton, non loin de l’actuelle Cité du cirque, et fréquente le collège Alain Fournier avant d’intégrer le lycée Montesquieu pour poursuivre son option Russe en seconde langue. Elle passe son baccalauréat en 1985 et poursuit sur une prépa Hypokhâgne, toujours à Montesquieu. Elle fait sa Khâgne au lycée La Bruyère de Versailles avant de se lancer dans une maîtrise d’histoire moderne à l’université du Mans, avec parmi ses professeurs Anne Fillon. Après avoir obtenu son Capès en 1989, elle quitte quelques années la Sarthe pour enseigner dans l’Orne.

Chacune des personnes présentes sur la liste, par son métier, ses modes de vie ou bien ses engagements militants, politiques ou associatifs, s’implique aujourd’hui déjà pour davantage d’écologie au Mans.
Découvrez ci-dessous les portraits des vingt premiers candidats et candidates – ceux et celles qui demain vous représenteront au Conseil Municipal. Découvrez également quelques-unes des personnalités emblématiques qui affirment leur soutien à Choisir l’écologie pour Le Mans en figurant plus loin sur la liste …

Ludovic BU

N°2 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, entrepreneur et conférencier, associé d'une maison d'édition indépendante, 47 ans

« Le Mans a un formidable potentiel d’attractivité aussi bien sur le plan patrimonial et culturel que sur le plan économique. Il est grand temps que ce potentiel se réalise, conjugué à l’écologie. C’est le sens de mon engagement auprès d’Isabelle Sévère. »

Ludovic Bu est un ex-Francilien qui cherchait une meilleure qualité de vie, pour sa famille et lui. C’est sur la ville du Mans que le choix familial s’est porté, pour ses nombreux atouts et son potentiel formidable. Diplômé de l’ESCP Paris après des études en sociologie, Ludovic Bu est un entrepreneur innovateur qui a su détecter des tendances de marché avec quinze ans d’avance, transformant des intuitions en business, et créant ainsi, au travers de trois entreprises, près de 200 emplois qui ont un impact écologique et social fort.

Ludovic Bu est également un transmetteur, passionné d’enseignement, qu’il pratique dans différentes écoles et universités, à Angers, Paris, Rennes et Rouen. Enfin Ludovic Bu est conférencier, doté d’une double expertise : mobilités et urbanismes durables, notamment pour des villes inclusives, d’une part et les nouveaux business models, marchés et usages, d’autre part. 

« Je me bats depuis 25 ans pour une société où chacun peut se déplacer à pied, en fauteuil, avec une poussette ou un caddie, en vélo, en toute liberté et sécurité. J’ai rejoint la liste écologiste pour défendre une ville inclusive : tout l’axe 5 du programme est consacré à cette idée au sens large ».

Nathalie BUCHOT

N°3 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, responsable de recherche et développement social et local, écrivaine, ancienne présidente d'une coopérative de produits bios, 51 ans

« J’aime Le Mans. Je marche beaucoup dans la ville et j’imagine ce qu’elle pourrait être demain. Je sais que c’est possible si la volonté est là. J’ai travaillé avec les élus verts en tant qu’actrice économique. J’ai confiance en eux et je sais que nous pouvons contribuer à encore transformer Le Mans, comme cela a été fait grâce au tramway ou au Boulevard Nature ».

Nathalie Buchot est sarthoise depuis toujours. Issue du milieu agricole, elle habite au Mans depuis 2013, après y avoir soutenu sa thèse sur les mobilités résidentielles à l’université du Mans où elle a enseigné pendant sept ans.

Auparavant, elle a été accompagnatrice sociale pour le logement à Sarthe Habitat et a participé aux programmes de la politique de la ville (rénovation urbaine, redynamisation des quartiers). En parallèle, elle a été présidente du Fenouil Biocoop pendant quinze ans. Durant ces années, elle a participé au développement du Fenouil Biocoop avec l’implantation de quatre magasins dans l’agglomération mancelle et un dans le centre-ville.
Afin de favoriser la coopération territoriale de proximité, elle a fondé avec d’autres structures, le club de l’économie sociale et solidaire du Pays du Mans. En tant que chercheuse géographe, elle est membre du comité scientifique de RésoVilles du grand ouest.

Rémy BATIOT

N°4 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, responsable départemental du service social de l'Assurance Maladie, vice-président Le Mans Métropole (mobilité et aménagement urbain), 56 ans, membre d'Europe Écologie Les Verts

« J’ai choisi de m’engager auprès d’Isabelle Sévère car je crois en notre projet. J’ai pris goût aux démarches de démocratie participative et je pense qu’il faut prolonger cette façon de travailler avec les habitants et les associations. »

Éducateur spécialisé de 1989 à 2008 auprès d’enfants et d’adultes handicapés, puis en Maison d’Accueil à Caractère Social, Rémy Batiot est depuis 2008 responsable départemental du service social de l’Assurance Maladie. Fort d’un engagement politique chez Les Verts dans la durée (depuis 1986) et l’intensité, il devient élu en 2001 en tant que Vice-Président de Le Mans Métropole en charge du Développement Durable.

Aujourd’hui, Vice-Président Le Mans Métropole en charge des mobilités, de la circulation, de la voirie, du stationnement, de l’éclairage public et de l’aménagement urbain, il est responsable de nombreux dossiers emblématiques tels que la requalification du centre-ville, la mise en place d’une démarche participative pour la planification des travaux de voiries, le suivi du volet transport du Plan Local d’Urbanisme intercommunal ou bien encore les aménagements et le schéma directeur vélo.

Florence PAIN, n°5 sur la liste Choisir l'écologie pour Le Mans
Florence PAIN

N°5 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, professeure des écoles, élue déléguée à l'Arche de la Nature et au Boulevard Nature, 60 ans, membre d'Europe Écologie Les Verts

« J’ai décidé de m’investir aux côtés d’Isabelle Sévère pour écrire une nouvelle page de l’histoire de la ville du Mans pour mes enfants, mes petits-enfants et les générations futures. Notre ville mérite un vrai projet écologiste et solidaire.»

Professeure des écoles, élue locale, Florence Pain est aussi une militante écologiste du quotidien. Elle est engagée dans son quartier et dans son travail d’enseignante. Membre d’Europe Écologie Les Verts, elle est active dans diverses associations et a été longtemps engagée bénévolement au sein des Restaus du Cœur, agissant concrètement un soir chaque semaine auprès des personnes les plus démunies.
Elle est actuellement conseillère déléguée Le Mans Métropole aux Espaces Naturels et depuis 2014 a consacré une grande partie de son temps, de son énergie et beaucoup de persévérance, aux développements du Boulevard Nature et de l’Arche de la Nature.

Le Boulevard Nature, pensé et amorçé par l’élu Vert Jean-Louis Prigent durant le mandat 2001-2008, s’inscrit pleinement dans l’axe 3 du programme de Choisir l’Écologie pour Le Mans : « Se déplacer facile et durable ». En effet, le Boulevard Nature n’est pas seulement un itinéraire de balade dominicale : il prend aussi pleinement sa place dans de nombreux trajets domicile-travail.
« Aujourd’hui, rappelle Florence Pain, 46 des 72 kilomètres prévus sont déjà opérationnels. Les derniers kilomètres sont très attendus et nous comptons bien aller au bout durant le prochain mandat » (p.7 du programme, objectif 1, axe 1, focus Boulevard Nature).

Thierry TOUCHE, élu Le Mans et Le Mans Métropole, militant écologiste
Thierry TOUCHE

N°6 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, retraité du secteur médico-social, élu municipal et communautaire, militant écologiste et associatif, 64 ans, membre d'Europe Écologie Les Verts

« Notre projet pour Le Mans est solide, avec un axe important sur les mobilités durables et actives. En tant que cycliste du quotidien, je m’y inscris pleinement. Il y a encore beaucoup de choses à faire sur ce plan ! »

Thierry Touche est retraité du secteur médico-social et a travaillé auprès des personnes au RMI et aussi des personnes déficientes intellectuelles. Actuel conseiller municipal et communautaire, il a beaucoup travaillé avec Rémy Batiot afin de soutenir le développement du vélo. Il s’est aussi impliqué dans la révision du Règlement Local de Publicité pour nous libérer de l’agression publicitaire.

Thierry Touche est très engagé dans les réseaux militants : il coordonne le mouvement « Nous voulons des Coquelicots », et participe à l’animation de différents collectifs en Sarthe comme le Réseau sortir du nucléaire, Stop OGM et pesticides. Co-initiateur du collectif « Béner un autre avenir », il s’implique également dans Sarthe Nature Environnement.

« Savez-vous qu’un écran de publicité numérique consomme autant que deux foyers de quatre personnes ? » questionne Thierry Touche. « Isabelle Sévère et les élus écologistes retoucheront le Règlement Local de Publicité pour supprimer ces dispositifs énergivores«  (mesure 39 du programme).

Anaïs RADEPONT

N°7 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, formatrice à la transition écologique et sociale, militante pour le vivant, 26 ans

« Je fais partie de cette nouvelle génération qui voit l’avenir s’assombrir… Mais nous ne laisserons pas faire. À nous d’agir de manière concrète dès maintenant dans la proximité. C’est pourquoi je me suis engagée auprès d’Isabelle Sévère. »

Née au Mans, Anaïs Radepont y a suivi des études de commerce international. Puis elle quitte Le Mans pour travailler dans de grandes multinationales du transport et du luxe. Rapidement, un fossé se creuse entre le système ultra-capitaliste dans lequel elle évoluait et ses valeurs humanistes et écologistes. Elle démissionne alors, pour s’investir dans un projet d’utilité publique, qui a du sens.
En décembre 2018, elle fonde une structure d’éducation à la transition. Depuis, elle informe, sensibilise et accompagne le grand public et les professionnels pour passer à l’action afin de réduire leur impact environnemental et en faveur d’une justice sociale.

Lucas CHESNOT

N°8 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, étudiant en droit, militant pour les droits humains, 21 ans, membre de GÉNÉRATION.S

« Le Mans n’est pas perçu comme une ville étudiante et pourtant elle accueille 12 000 étudiants. Les villes étudiantes sont animées, créatives et innovantes, c’est ce que nous voulons pour Le Mans ! »

Originaire d’Alençon, Lucas Chesnot s’engage très tôt dans l’action au service de l’intérêt général. Vice-président du Conseil de vie lycéenne au lycée Jean Monnet à Mortagne-au-Perche, il contribue à la création d’une cafétéria biologique au sein de son établissement.

Manceau depuis 2018, il est aujourd’hui étudiant à la faculté de droit du Mans avec en parallèle un projet de création d’entreprise qui vise à simplifier les démarches administratives pour les citoyens. Depuis son arrivée au Mans, il partage son engagement entre Amnesty International, Génération.s, et son rôle de vice-président d’une association étudiante de droit.

« Notre programme municipal – longuement co-construit, de manière participative, avec de nombreux partenaires – a, parmi ses nombreux objectifs, celui de redonner toute sa place à la jeunesse mancelle », constate avec satisfaction Lucas Chesnot.
Il cite par exemple : « La mesure 175 prévoit de développer les liens avec l’université et de
contribuer à son ancrage en cœur de ville. Mais ce n’est pas la seule mesure tournée vers la jeunesse. D’autres veulent lutter contre la précarité étudiante (mesures 118 et 176), encourager l’entreprenariat (mesure 172), et bien plus encore ».

Amandine VOVARD ROUSSEAU

N°9 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, infirmière, sophrologue et médiatrice par l'animal, engagée pour la condition animale et le bien-être en général, 40 ans

« J’ai décidé de m’investir aux côtés d’Isabelle Sévère car je crois en l’équipe que nous formons, en ses valeurs et en ses compétences. Je souhaite participer à l’action municipale afin que notre ville devienne ville de bien-être, tant sur le plan social qu’environnemental, mais aussi afin d’accompagner la meilleure prise en compte du bien-être animal ».

Infirmière de formation, Amandine Vovard Rousseau est  aujourd’hui auto entrepreneuse dans le domaine du bien-être et enseignante en lycée professionnel. À ce titre, elle est engagée principalement dans l’accompagnement des enfants et des adolescents vers le renforcement de l’estime de soi, de la confiance en soi, notamment pour prévenir ou soutenir les enfants qui sont en décrochage ou souffrent de phobie scolaire.
Elle est  également engagée au quotidien dans la promotion de la bienveillance vis à vis des animaux. Elle encourage les initiatives gagnant/gagnant entre bien-être animal et bien-être humain, en particulier au travers d’interventions de médiation par l’animal auprès de lycéens et d’adultes porteurs de handicaps physiques et mentaux.
Pour elle, l’écologie c’est faire des choix au quotidien en favorisant le respect de soi, de l’autre, de l’environnement.

Les axes 1 et 5 du programme écologiste pour Le Mans lui parlent plus particulièrement : « Une ville où il fait bon vivre » et « Une ville inclusive à haut développement humain ». Et au sein de l’axe 1, Amandine Vovard Rousseau insiste sur le côté novateur de l’objectif 7 : « Intégrer la condition et le bien-être animal dans l’action publique, oui, cela me tient à cœur. Et nous aurons tous et toutes à y gagner, collectivement », dit-elle.

Samuel GUY

N°10 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, consultant en politique publique développement durable, vice-président Le Mans Métropole (Plan Énergie Climat et agriculture), 43 ans, membre d'Europe Écologie Les Verts

« Élu depuis 2014, j’ai choisi de me présenter à nouveau sous la bannière écologiste car je pense que nous avons le devoir de faire progresser l’écologie au Mans. Mon mandat d’élu m’a permis d’avancer sur de nombreux sujets, avec des réussites notables mais aussi avec la frustration de n’avoir pas pu faire tout ce qui semblait nécessaire. Le défi était immense et les moyens sans doute insuffisants.
Le temps est venu de doter notre ville de tous les outils nécessaires pour relever les défis du changement climatique et de la transition écologique.»

Arrivé au Mans avec sa famille en 2009, un peu par hasard, Samuel Guy avait pour objectif premier… d’habiter à mi-chemin entre Nantes et Châteaudun. Après avoir vécu dans plusieurs villes de France (Besançon, Grenoble, Saint-Étienne, Lyon, …) et à l’étranger (Pologne, Irlande…), il mesure très vite tous les atouts du Mans et choisit, avec sa famille, de s’y établir pour de bon.
Investi dès son arrivée auprès des écologistes dans le cadre de la campagne des Régionales en 2010, il participe à la création d’une association pour le développement de l’habitat participatif.
Il est depuis 2014 vice-président Le Mans Métropole, avec la responsabilité des délégations «développement durable, énergie, climat, agriculture et patrimoine bâti communautaire ».

Katy MEUGÉ

N°11 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, enseignante et responsable pédagogique en maison d'arrêt, 52 ans

 » J’ai décidé de m’engager sur la liste Choisir l’écologie pour Le Mans car je partage les valeurs de solidarité énoncées dans le projet porté par Isabelle Sévère, je souhaite œuvrer pour que notre diversité, nos différences soient un atout pour notre ville ».

Originaire d’un petit village du sud-est sarthois, Katy Meugé a fait des études de sociologie à Tours. Elle vit et travaille au Mans depuis plus de trente ans. Elle enseigne auprès des publics en échec ou en décrochage scolaire et plus récemment auprès de migrants, en maison d’arrêt. De ce fait, elle perçoit pleinement le poids que représente l’exclusion, quelle qu’en soit la forme.

« Je suis convaincue que le bien vivre ensemble doit être au cœur de notre politique de la ville », déclare Katy Meugé. « Je partage très largement les objectifs 20 et 21 du programme. Surtout, derrière les grands principes, sont déclinées des mesures concrètes, que nous mettrons en œuvre sans tarder. Par exemple, entre plusieurs autres, la mesure n°138, pour faire pleinement du Mans une « ville accueillante » pour les exilés ».

Julien DERVAUX

N°12 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, infirmier, engagé pour la démocratie locale, 29 ans, membre d'Europe Écologie Les Verts

« Partout, l’écologie prend de l’ampleur. Le Mans, la ville où je suis né, où j’ai étudié et où je travaille, doit prendre le virage de la transition écologiste et de la résilience. Le temps est venu de développer une ville pour bien vivre, pour notre génération mais également les suivantes. Honnête, persévérante, cohérente depuis vingt ans, Isabelle Sévère a toute ma confiance dans ce défi. »

Ingénieur en informatique en formation initiale, Julien Dervaux a repris des études pour devenir infirmier. Fort de ses compétences techniques et sociales, il milite depuis longtemps pour l’environnement, la protection animale et l’humain.
Militant climat, il s’engage fortement lors de la COP21 de Paris.
Végétarien, il considère la protection animale héritée de ses parents comme un incontournable pour une société moderne. Comment aller vers une société sociale et solidaire sans prendre en compte la souffrance animale ?
Bénévole auprès des plus faibles, il a aidé pendant un mois dans un camp de réfugiés près de Calais, il a passé plusieurs semaines dans un dispensaire au Sénégal, il a changé de métier pour être au plus près des personnes qui souffrent tous les jours.

En 2020, à un moment où on parle d’attractivité de la ville du Mans, où la muraille romaine est en étude pour un classement à l’UNESCO, où lors des canicules, les bords de Sarthe sont devenus un refuge, Julien Dervaux pense que « c’est une anomalie de conserver une 2×2 voies entre notre rivière et notre muraille, c’est l’héritage bruyant et polluant d’une conception ancienne de l’urbanisme« .
Ainsi, la mesure 12 de notre programme pour réinvestir nos rivières vise à mettre en valeur notre ville en lançant dès 2020 un grand concours d’urbanisme pour aménager les bords de Sarthe en bas des murailles.

Anne MARGUET

N°13 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, cadre de santé et formatrice, 53 ans

« Le Mans doit être une ville encore plus verte et douce à vivre. C’est maintenant qu’il faut agir. J’ai choisi de m’engager auprès d’Isabelle Sévère pour soutenir et faire vivre des valeurs fortes d’écologie et de solidarité. »

Anne Marguet est cadre de santé formatrice à l’Institut de Formation en Soins Infirmiers du Centre Hospitalier du Mans et mère de famille.
Elle partage depuis des années les idées défendues par Europe Écologie Les Verts et les vit au quotidien. Le moment est venu pour elle de s’engager pour faire vivre ses valeurs au sein de la collectivité et défendre un cadre de vie propice à l’épanouissement de chacun.

« Je souhaite  un retour de la « nature » en ville, à travers notamment la transformation de places en squares, le développement de lieux  pour jouer, réviser, lire, pique-niquer…, où la priorité serait donnée aux piétons et aux cyclistes « , explique-t-elle sereinement. « Cela se fera grâce à un vaste plan « Nature en ville » en co-construction avec les habitant.e.s«  (axe 1 du programme, objectifs 1 et 2).

Romain BOSQUET, n°14 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans
Romain BOSQUET

N°14 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, ingénieur ferroviaire, et cycliste au quotidien, 32 ans

« Jeune papa, je suis convaincu qu’il est maintenant urgent d’entamer la transition sociale et environnementale de notre société. Les échanges que j’ai pu avoir avec la municipalité du Mans à travers le monde associatif ou militant m’ont fait prendre conscience de l’importance de la politique locale dans ces enjeux. Les initiatives et projets citoyens sont nombreux mais ils ont besoin d’un appui des collectivités pour se développer. »

Romain Bosquet tente au quotidien d’être cohérent entre ses idées et ses actes. Que cela soit dans ses habitudes alimentaires (AMAP, paysan boulanger, …), son logement (isolation via des matériaux biosourcés, Enercoop, …), ses trajets (pas de voiture familiale, plus de trajet en avion, etc.), ses vacances (cyclotourisme, …), son travail (SNCF) et ses achats divers (seconde main, production locale, …).
Ingénieur de formation, il est convaincu qu’il ne faut pas attendre un miracle technologique et que le plus gros défi est probablement le changement de nos habitudes de vie.

Romain Bosquet déclare se retrouver bien dans le programme proposé par Choisir l’écologie pour Le Mans, programme qu’il a contribué à co-construire. Plus particulièrement dans l’axe 3, bien sûr, dont le titre « Se déplacer facile et durable » correspond pleinement à ses choix quotidiens. « Oui, notre priorité sera de rééquilibrer l’espace public en augmentant la part des alternatives au transport routier« , et il ajoute : « Cela ne restera pas de belles paroles, nous en ferons des actes ».

Claire Malbos lors de la présentation de la liste à la presse le 14 février 2020
Claire MALBOS

N°15 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, enseignante, championne handisport, présidente d'une association sportive tout public, 57 ans

« Ce que je souhaite, c’est favoriser et promouvoir le vivre-ensemble dans le quotidien. Le projet porté par Isabelle Sévère correspond à ma vision : une ville inclusive et solidaire. »

Sarthoise depuis toujours, Claire Malbos a enseigné l’électrotechnique en lycée professionnel. Elle est aujourd’hui retraitée. Atteinte d’une maladie neurologique, elle se déplace, depuis cinq ans, en fauteuil roulant. Son engagement associatif est avant tout sportif mais l’a aussi amenée à être administratrice d’une entreprise d’insertion (ITER Vel’Nature, La Machinerie).

Sportive, elle a créé l’association de randonnées « Rand’Ôroues » qui propose des randonnées à tous les publics dont celui en fauteuil roulant. Aidée de partenaires, elle fait en sorte de mettre à disposition des fauteuils adaptés à la randonnée.
Nageuse handisport, Claire Malbos est double médaillée de bronze aux championnats de France 2018 en natation. Depuis, nageant dans un club pour valides (entrainements et compétitions), elle a choisi la natation en inclusion.

Les objectifs 21 et 22 du programme de Choisir l’écologie pour Le Mans lui tiennent particulièrement à cœur : « Agir contre les discriminations et favoriser l’inclusion », et « Développer l’esprit sportif et promouvoir l’activité physique à tous les âges ». « Ces objectifs sont accompagnés de mesures concrètes : ce que nous annonçons, nous le ferons« , énonce Claire Malbos avec sa force tranquille.

Jean-Pierre DUGUEY, membre de GENERATION.S, n°16 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans
Jean-Pierre DUGUEY

N°16 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, commerçant, 60 ans, membre de GÉNÉRATION.S

«  J’ai souhaité, avec mon parti Génération.S, participer à la liste Choisir l’écologie pour Le Mans aux cotés d’Isabelle Sévère : Le Mans mérite un projet véritablement écologiste, dans toutes les dimensions du mot ».
   À 60 ans, Jean-Pierre Duguey est commerçant indépendant depuis plus de vingt ans, après une carrière de technicien en plasturgie. Convaincu que le XXIe siècle sera écologiste ou ne sera pas, il est membre du mouvement Génération.S depuis sa création en 2017 par Benoît HAMON.
  
   «Le programme de Choisir l’écologie pour Le Mans comporte beaucoup de points qui me tiennent à cœur», explique  Jean-Pierre Duguey. «Par exemple la mesure 132 : Expérimenter le revenu de base universel ou d’autres innovations sociales, en coopération avec tous les partenaires concernés. Il est temps de répondre aux profonds bouleversements en cours, qui affectent particulièrement la place du travail».
Elisabeth SESMA n°17 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans
Élisabeth SESMA

N°17 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, formatrice en allemand, engagée pour la nature et l'environnement, membre d'Europe Écologie Les Verts

« Je suis consciente de l’importance de faire avancer les idées de l’écologie dans la population. C’est pour cette raison, que je suis candidate aux élections municipales aux côtés d’Isabelle SÉVÈRE. Je tiens à m’impliquer autant que possible pour que nos futur.e.s élu.e.s écologistes puissent réellement transformer notre ville et donner ainsi de l’espoir et une meilleure vie aux Mancelles et aux Manceaux. »

Élisabeth Sesma est née à Saarlouis en Allemagne il y a 67 ans. En Allemagne, elle a suivi une formation de libraire et a ensuite assuré la gestion d’une importante librairie (comme Doucet ou Thuard au Mans) pendant plusieurs années. En France, elle a enseigné l’allemand, sa langue maternelle, à différents niveaux, du primaire au supérieur, ainsi qu’en entreprise et en cours du soir pour adultes.
Française depuis 1981, néanmoins toujours attachée à son pays d’origine, elle participe régulièrement aux rencontres entre germanophones et germanophiles au « Kaffeeklatsch ». Elle anime depuis quelques années une émission hebdomadaire autour de l’Allemagne sur une radio associative locale.

Écologiste convaincue depuis de longues années, elle a adhéré à Europe Écologie Les Verts en 2015, après avoir été candidate sur la liste de Sophie Bringuy aux élections régionales. Elle s’est alors très vite mise au service du groupe local en devenant membre du bureau et en y assurant de nombreuses tâches d’animation et de coordination.
Convaincue qu’un environnement sain est la condition primordiale de la qualité de notre vie, Élisabeth Sesma est  membre de plusieurs associations de protection de la nature et de l’environnement. Elle lutte notamment contre l’expansion déraisonnable des zones commerciales périphériques et participe régulièrement aux rassemblements« Nous voulons des coquelicots ».

« Une municipalité fortement imprégnée de l’urgence climatique et écologique, volontaire et capable d’agir dans le bon sens, est primordiale pour notre ville », déclare-t-elle.
« L’objectif 18 de notre programme vise à développer l’économie du lien et de la proximité, et l’une des premières mesures sera d’établir un moratoire sur les zones d’activités commerciales nouvelles, pour, au contraire, favoriser par tous les moyens le commerce de proximité, en centre-ville comme dans les quartiers » (voir aussi objectif 2 du programme et notamment le focus « Nous disons clairement « NON » au projet de nouvelle zone d’activité à Béner »).

 

Daniel MOULIN-BRILLANT, n°18 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans
Daniel MOULIN-BRILLANT

N°18 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, médiateur en gestion des conflits, accompagnant bénévole pour les personnes en fin de vie, 66 ans, membre d'Europe Écologie Les Verts

« Je figurais déjà en 1989 sur la toute première (et unique jusqu’à cette année) liste présentée par Les Verts aux élections municipales. Aussi m’a-t-il semblé naturel d’être candidat en 2020, pour exprimer l’espoir que je mets en Isabelle SÉVÈRE et en toute l’équipe, dynamique et compétente, qu’elle a su rassembler autour d’elle ».

Ancien professeur de maths, Daniel Moulin-Brillant s’est  formé dans le domaine des relations humaines avant de devenir médiateur en 1997. En 1992/1993, il  découvre le monde de la fin de vie et du deuil dans une association laïque et se forme au bénévolat d’accompagnement. Il accompagne alors au Grand-Lucé dans le service des soins palliatifs, peu développés à l’époque. Pour des raisons familiales, il  suspend un temps cette activité. En 2007, il la reprend et se forme également à l’accompagnement des personnes en deuil. Depuis, il coanime des groupes de parole où chacun peut exprimer son ressenti sans être jugé. Pour lui, « l’écologie relationnelle est aussi importante que l’écologie environnementale ».
Néanmoins, son parcours militant lui a fait rencontrer toutes les grandes luttes du XXe siècle : participation au premier groupe anti-nucléaire au Mans au début des années 1970, à un groupe non-violent contre l’extension du Larzac
Au Mans toujours, il participe à la création de la coopérative d’alimentation bio « La Carotte », qui en s’associant à la coopérative « La Huche » donne naissance à la biocoop « Le Fenouil ».

Son premier vote – et Daniel souligne que cela reste une fierté – fut pour René Dumont en 1974. Ensuite, chaque fois qu’il a voté, ce fut toujours pour un candidat écolo, quand il en y avait un.
D’où sa présence sur la première liste verte au Mans en 1989… Et la boucle est bouclée !

 

°19 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, militante énergies renouvelables, glanage solidaire, vélo, 63 ans
Myriam HERVOUET

N°19 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, militante des énergies renouvelables, du glanage solidaire, du vélo, 63 ans

« Ayant désormais du temps, j’ai eu envie de soutenir une liste proposant un projet écologique global, projet qu’il a été possible de co-construire.
Je souhaite contribuer, via cette liste et ce programme, à une ville conviviale dans ses espaces publics, protégeant la qualité de l’air et de l’eau, et encourageant une production alimentaire locale de qualité.
J’ai aussi envie d’une ville pédagogique sur son patrimoine de toutes natures et son histoire, et ouvrant à l’action citoyenne. »

Mancelle depuis 40 ans, Myriam Hervouet s’est impliquée à son niveau dans la vie locale, sous forme associative et professionnelle.
Ses engagements récents concernent les projets citoyens d’énergies renouvelables, la lutte contre le gaspillage alimentaire via le glanage à but solidaire, l’initiation au vélo, et les mouvements actuels pour la justice climatique et sociale.

« Les mesures qui dans le programme me semblent importantes sont nombreuses », explique Myriam Hervouet. Elle choisit de mettre en avant quatre thèmes :
1°)  « Tout ce qui tourne autour des économies d’énergie, permettant d’alléger les dépenses, et des collectivités et des particuliers (axe 2 objectif 8, mesures 47 « développer la culture de la sobriété énergétique » , et 52 « soutenir les projets de rénovation énergétique des particuliers et copropriétés »)
2°)
La réduction des déchets (polluants et énergivores pour leur incinération ou recyclage). Voir l’axe 2, objectif 10 , mesure 68: soutenir et encourager le réemploi.
3°) L
a concertation pour faire cohabiter les différentes façons de se déplacer (axe 3, objectif 15)
4°) Le
soutien à la citoyenneté active et la gestion éthique des finances (axe 6, objectifs 29 et 30)

Myriam Hervouet l’affirme : « Oui, le temps est venu, alors que les alertes pour l’environnement ont été lancées depuis 45 ans, elles commencent seulement à être entendues par d’autres listes ! »

Renaud WAGENAAR, journaliste, vidéaste, n°20 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans
Renaud WAGENAAR

N°20 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, journaliste, 66 ans, membre d'Europe Écologie Les Verts

C’est un visage bien connu au Mans et dans la Sarthe puisque Renaud Wagenaar a été très longtemps journaliste à France 3 Maine. La ‘retraite’ arrivée, mettre son énergie et ses compétences au service de l’écologie était pour lui une évidence.

Adhérent d’Europe Écologie Les Verts, il s’engage aux côtés d’Isabelle Sévère afin que le prochain mandat municipal soit celui où, vraiment, on choisira l’écologie au Mans, en profondeur, sans se contenter de mesures cosmétiques. « 2020-2026, ce mandat municipal sera décisif pour préparer Le Mans aux enjeux de l’avenir. Il faut prendre le virage dès maintenant. Trop de temps a déjà été perdu ! ».

Marc HASCOËT, n°22 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans
Marc HASCOËT

N°22 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, ancien Directeur général dans le secteur du handicap, vice-président d'une association d'aide aux femmes du Sénégal

« Je suis sensible aux enjeux écologiques depuis de nombreuses années. Pour ces élections municipales, j’ai décidé de m’engager auprès d’Isabelle Sévère car face aux enjeux écologiques et climatiques, nous n’avons plus que quelques années pour réussir.
Nous devons agir vite et de manière cohérente. C’est tous le sens de notre projet « Choisir l’écologie pour Le Mans » dans lequel chaque résolution et chaque action proposées ont été évaluées et confrontées aux enjeux environnementaux et sociaux. »

Né au Mans, Marc Hascoët a suivi des études sciences économiques et de gestion à l’université du Mans puis à la Sorbonne à Paris.
Il a été dirigeant en Sarthe, durant 27 années, d’une association œuvrant au service de personnes handicapées et de leur famille.
Il a participé à la construction d’une Maison d’accueil spécialisée aux normes ‘haute qualité environnementale’ et à la construction d’un institut médico-éducatif avec production d’énergie à géothermie verticale et captage de l’eau dans les nappes phréatiques.
Retraité depuis quelques mois, il est vice-président d’une association française œuvrant au Sénégal, l’association Alefs, « Avec les enfants et les femmes du Sénégal ».
.
« Je souhaite la mise en œuvre d’une politique inclusive qui donne, à chacun, et plus particulièrement à chaque personne handicapée, une place pleine et entière dans la cité au niveau de l’école, de l’habitat, du travail et des loisirs. »
(voir l’axe 5 du programme « Une ville inclusive à haut développement humain », et plus particulièrement l’objectif 21 « Agir contre les discriminations et favoriser l’inclusion »).
Florence VANSTEEGER

N°31 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, avocate et médiatrice

« Je parcours tous les jours la ville à vélo ; la disparition des arbres pour plus de froideur et de béton m’attriste. L’état de notre terre d’accueil s’aggrave et c’est aussi visible au niveau local. Cela me rappelle le conte de l’oiseau et de l’incendie. Dans son petit bec, l’oiseau prend une infime goutte d’eau et s’en va la jeter sur l’incendie… Aussi infime que soit ce geste, symboliquement, si chacun fait un effort, alors il existe peut-être une chance de faire changer les choses.
C’est pour sa volonté d’agir au niveau local pour le bien de tous que j’ai choisi de m’engager auprès d’Isabelle Sévère. »

Florence VANSTEEGER est née dans le Nord et a effectué ses études de Droit à Lille où elle obtient un Doctorat. Outre ses activités d‘avocate et d’enseignante, elle s’intéresse très vite à la politique sociale dans la ville où elle vit, à Douai.  Elle intègre l’équipe de campagne de Marc DOLEZ pour les municipales de 1995, en tant que personne issue de la société civile. Elle découvre alors toute la richesse de l’engagement au service de la cité. Ses pas la mènent ensuite, avec sa famille, à l’Île de la Réunion où elle séjourne jusqu’à son arrivée au Mans en 2005.

Florence Vansteeger fait, d’autre part,  partie d’une association qui vient en aide aux migrants d’origine prioritairement soudanaises, érythréennes… qui fuient la guerre et se retrouvent totalement démunis. Cette association leur permet de trouver au Mans une terre d’accueil, de vie et de travail, pour eux qui ont, contre leur gré, dû quitter leur terre natale.

Perrine LANDY DUTERTRE, n°41 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans
Perrine LANDY DUTERTRE

N°41 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, éditrice scolaire, militante pour l'égalité d'accès à l'éducation, 44 ans

« Mancelle d’adoption depuis dix ans, j’ai appris à aimer cette ville à taille humaine, où il fait bon vivre et bon grandir pour mes enfants. La richesse humaine et le dynamisme culturel de cette ville, pourtant bien méconnus, n’ont depuis cessé de me surprendre.
Si je me suis engagée auprès d’Isabelle Sévère, c’est parce qu’à l’heure où l’écologie n’est encore pour beaucoup qu’une marotte, il est grand temps de soutenir ceux et celles qui en ont fait un vrai projet. »
.
Née au Pays Basque, Perrine Landy-Dutertre a vécu à Paris, Madrid, Bruxelles avant de s’établir au Mans où elle a fondé une famille. Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, Professeure de Lettres Modernes pendant des années, elle exerce désormais entre Paris et le Mans le métier d’éditrice scolaire au sein des éditions Nathan. Profondément attachée aux valeurs de l’école républicaine et à l’égalité des chances pour tous, elle s’est engagée depuis le début de sa carrière auprès des élèves en difficultés, et depuis son arrivée en Sarthe, au sein d’un collectif de parents, pour maintenir la qualité de l’enseignement pour tous dans les écoles de Sarthe.
.
« Des valeurs et un engagement que je retrouve en tous points dans l’axe 5 de notre programme, notamment l’objectif 23 s’attachant, entre autres, au développement de la réussite éducative à l’échelle locale, et l’objectif 24, par la relance du programme d’éducation aux médias visant à développer la cohésion des acteurs de l’éducation autour de la question du numérique. »
Jean-Louis PRIGENT, ancien adjoint au Maire du Mans, n°44 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans
Jean-Louis PRIGENT

N°44 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, ancien adjoint au Maire du Mans, initiateur entre autres du Boulevard Nature, membre d'Europe Écologie Les Verts

 « Le moment de voter est toujours celui de prendre un peu de temps pour réfléchir à l’avenir que l’on souhaite, pour soi, pour ceux qui nous sont chers. Alors, comme moi, vous conclurez que le seul choix viable est celui de l’Écologie.
Et ce n’est pas en se repeignant de quelques touches vertes que les autres candidats vont faire illusion.
La liste écologiste, elle, menée par une femme formidable, sait que l’écologie ce n’est pas un catalogue de mesurettes glanées dans le tumulte médiatique. C’est un projet cohérent, humaniste et enthousiasmant pour tous les habitants – actuels et futurs – de notre ville et de notre agglomération ».

Né sur le Bassin d’Arcachon en 1957 Jean-Louis Prigent a passé sa jeunesse en Bretagne. Face aux marées noires, aux porcheries et poulaillers industriels, aux projets de centrales nucléaires, puis aux algues vertes, aux pesticides et à l’aliénation des populations rurales au tout-automobile, il a très tôt emprunté le chemin de l’écologie naissante à la fin des années 1970.
Quelque temps après son arrivée au Mans, il adhère aux Verts et reprend ses combats contre les dérives du capitalisme écologiquement et socialement prédateur, s’insurgeant par exemple contre les zones commerciales de périphérie, les aménagements autoroutiers déments, toutes les discriminations et notamment l’homophobie…

En 2001, conscient que l’avenir écologique du Mans ne se construira qu’avec des écologistes au sein de la majorité municipale, il est élu dans le premier groupe Vert  aux côtés de Dominique Niederkorn – qui mènera le grand projet du tramway –, ou, déjà, de Rémy Batiot et Sylvie Granger.
Durant deux mandats (2001-2014), Jean-Louis Prigent assume entre autres la démocratie participative avec notamment la création des Conseils de Quartiers ; l’Arche de la Nature et le Boulevard Nature, initié en 2002 ; une politique de voirie visant un partage rééquilibré des voies en faveur des circulations alternatives à l’automobile ; un éclairage public sobre et réorienté vers les lieux de vie plutôt que les grands axes routiers ; une action patrimoniale et touristique visant à faire connaître au plus grand nombre la merveille qu’est Le Mans

« Aujourd’hui, dit-il, je souhaite que germent toutes les graines semées ! Je fais confiance à Isabelle Sévère et à tous les prochains élus écolos pour mener à bien le projet qui a été collectivement construit depuis un an. Écologiquement ambitieux il est aussi solide et réaliste, et il les guidera pour les années à venir ».

Marie-Laure PERSON, une commerçante qui mesure les vrais enjeux de l'évolution des centres villes°51 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans
Marie-Laure PERSON

N°51 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, commerçante en centre ville, 58 ans

« Beaucoup trop de commerces manceaux ont baissé leur rideau en 2019. On impute très souvent ce phénomène à la difficulté d’accès des automobiles en centre-ville, ce à quoi je ne crois pas. Au contraire, la présence de la voiture en ville cause une forte dégradation de l’environnement urbain. Le développement des commerces peut passer par la réappropriation de l’espace public par le piéton, comme c’est déjà le cas dans de nombreuses grandes villes européennes».

Marie-Laure Person dirige une entreprise familiale de quincaillerie fondée en 1938. Le slogan de ce magasin traditionnel pourrait être « réparer c’est résister » ! D’hier à aujourd’hui, à la recherche de produits utilitaires et durables, Marie-Laure Person lutte contre la surconsommation en refusant par exemple les conditionnements qui obligent à acheter trois fois plus que nécessaire.

Sophie Bringuy, N°53 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, Conseillère régionale, membre d'Europe Écologie Les Verts
Sophie BRINGUY

N°53 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, Conseillère régionale, médiatrice en dialogue territorial, membre d'Europe Écologie Les Verts

« La liste menée par Isabelle Sévère permet de partager un projet écologique pour Le Mans durant cette campagne, et donc de montrer ce que sera cette ville avec des écologistes au gouvernail. Elle permet aussi un vrai renouvellement politique avec de nouveaux visages qui s’engagent avec nous pour porter ce projet et ne l’auraient pas fait dans un ralliement de premier tour. J’en suis persuadée car ma première campagne politique pour les régionales de 2010 était une campagne sous bannière écologiste. Je ne me serais pas engagée sur une liste de compromis de premier tour. Je suis fière de participer à cette dynamique ! »

Arrivée au Mans en 2005 pour rejoindre l’équipe de juristes de France Nature Environnement, Sophie Bringuy a fait partie de ces candidatures d’ouverture qui ont incarné l’esprit Europe Écologie en 2009 – 2010. Nouvelle venue en politique, elle devient, en 2010, vice-présidente du Conseil régional des Pays de la Loire, en charge de l’environnement. Durant les cinq années qui suivent, elle pilote la politique régionale en matière d’environnement tant sur la préservation de la nature que la qualité de l’eau ou encore les déchets dangereux.

Depuis 2017, elle s’est engagée sur la voie de la médiation, du dialogue territorial, de la créativité et de l’intelligence collective. Elle est convaincue que la transition écologique et solidaire nécessite de développer de nouveaux modes de coopération et de nouvelles pratiques collectives. Elle est aujourd’hui facilitatrice en projets collectifs et accompagne les dynamiques de transition dans des entreprises ou des groupes pluri-acteurs.

Sylvie Granger, n°55 de la liste Choisir l'écologie pour Le Mans, historienne, élue verte au Mans 2001-2008, membre d'Europe Écologie Les Verts
Sylvie GRANGER

N°55 de la liste Choisir l’écologie pour Le Mans, historienne (Université du Mans), élue verte au Mans 2001-2008, membre d’Europe Écologie Les Verts

« Fidélité et loyauté : c’est au nom de ces deux principes que j’ai souhaité manifester mon soutien à la liste Choisir l’écologie pour Le Mans en y figurant, à la place 55 et dernière.
Et aussi parce qu’Isabelle Sévère possède toutes les qualités pour être une excellente Maire du Mans. La première femme Maire du Mans : quelle fierté en ce mois de mars 2020 !»

Quand Sylvie Granger parle de fidélité, c’est d’abord de fidélité à elle-même. Dès les années 1970, à Lyon, où elle participe au mouvement anti-nucléaire (comités Malville contre Superphénix), elle prend conscience de la finitude de la planète et décide de ne jamais ajouter d’enfant au monde.
C’est ensuite la fidélité aux Verts, le parti auquel elle a adhéré en 1992, au Mans, et qu’elle n’a pas quitté malgré les soubresauts traversés.
C’est enfin la fidélité à l’action déjà menée au Mans par les écologistes – avec ô combien d’opiniâtreté – dans des exécutifs où ils étaient loin d’être majoritaires. En 1995, une seule élue, Dominique Niederkorn, porte la parole verte au sein du Conseil municipal manceau. En 2001, un premier groupe vert est constitué de six élu.e.s. Sylvie Granger en fait partie, chargée du patrimoine historique (Label Ville d’Art et d’Histoire) et de la lecture publique (25ème Heure du Livre, Médiathèques). Ensuite, d’autres écologistes, un peu plus à chaque élection (9 en 2008, 10 en 2014), se forment à l’action municipale et parviennent à faire avancer courageusement quelques dossiers emblématiques.
En 2008, Sylvie Granger choisit de se consacrer à son cher métier d’enseignante-chercheuse en Histoire moderne à l’Université du Mans. Depuis fin 2016, elle est devenue « chercheuse à plein temps ».
Les archives du XVIIIe siècle ne lui font pas perdre de vue la présente urgence climatique et sociale. Elle sait l’impérieuse nécessité d’adapter, très vite, nos modes de vie. Elle s’applique à mettre en adéquation ses convictions et son quotidien : manger bio et local, faire ses courses en ville, se déplacer le plus possible à vélo, et – évidemment – ne plus jamais prendre l’avion. Lorsque nous serons des milliers, des millions à faire les mêmes choix… la planète le sentira et nous remerciera.
.
Quand Sylvie Granger parle de loyauté, elle pense au respect de la démocratie interne au sein d’Europe Écologie Les Verts. Donc le respect du choix stratégique fait par l’Assemblée générale qui, en octobre 2019, a voté de présenter une liste écologiste aux élections municipales de mars 2020.
« L’aventure est finalement enthousiasmante, car sont venus nous rejoindre de très nombreuses personnes, notamment des jeunes, qui ne se seraient pas mobilisés pour une liste d’alliance de configuration classique. Oui, le temps est venu… et je suis fière d’apporter ma pierre à cette construction collective d’un nouvel espoir». 
55 candidat.e.s Choisir l'écologie pour Le Mans